Selon la loi de 2002 sur l’autorité parentale, à la demande de l’un des parents ou en cas de désaccord entre eux, le Juge peut ordonner une résidence en alternance.

La séparation des parents concerne 4 millions d’enfants, en France soit 25% des enfants.

Le choix de la résidence alternée est en augmentation régulière mais il ne concernerait encore que 3% des enfants français.

Cette pratique du partage du temps des enfants existait depuis plusieurs années avant la loi mais depuis le 4 mars 2002 ce phénomène se répand sur tout le territoire.

Il existe encore dans les mentalités, quelques résistances comme notamment le fait que la gestion du quotidien des enfants incomberait davantage à la femme. De plus dans notre société il existe des idées reçues pas toujours bien fondées. Certains psychologues ou psychiatres se sont carrément élevés contre ce mode de prise en charge. Certains défendent également l’idée que les enfants ont un attachement primaire à leur mère et que le fait d’en être séparés peut entraîner un mauvais développement.

Cependant, force est de constater, que dans les familles où ce système existe depuis longtemps, le système de résidence alternée n’a pas fabriqué des adultes inadaptés ou plus malportants que d’autres.

La question pour les tous petits enfants reste tout de même ouverte, cependant si les deux parents sont bien d’accord pour ce mode de garde, s’ils continuent d’échanger sereinement et dans la paix autour des enfants, il n’y a aucune raison pour qu’il y ait une inadaptation à ce système de garde.

Il est cependant primordial dans ce système de résidence, que tout soit bien clair non seulement dans la tête des enfants mais également dans la tête des parents : qui paie quoi, garde-robe équilibrée entre chaque parent, domicile des parents rapproché, environnement social, amical, familial de l’enfant impérativement préservé.

Quoi qu’il en soit, si les parents conservent bien présent à l’esprit, que l’intérêt des enfants prime quoi qu’il arrive sur le leur, il n’y a aucune raison pour que ce système de partage du temps des enfants ne réussisse pas.